Accueil

Importance de la médecine dans la société : il y a 2 500 ans, Protagoras, le plus grand “sophiste” grec, affirmait que “l’homme était la mesure de toutes choses”. À partir de ce moment, et sous l’enseignement de Socrate et d’Aristote, il est apparu clairement que l’être humain était la figure centrale de l’histoire. Et c’est-à-dire que si l’être humain n’existait pas, il n’y aurait pas de réalisations, pas de pensée, pas d’esprit. Il est le seul être ayant un passé connu qui vit son présent et planifie son avenir. C’est lui qui crée l’histoire et qui en est la fin. C’est pourquoi nous, médecins, devons comprendre qu’il n’y a rien de plus noble que de protéger sa santé ou de soigner sa maladie. Si nous acceptons ce qui précède, une large perspective s’ouvre sur l’importance de la santé publique et de la médecine dans la vie des gens.

D’autre part, si nous voulons être conscients de ce que la médecine a signifié pour la société, nous devons nous rappeler ce que le célèbre spécialiste de la santé et historien Henry Sigerist a dit à ce sujet : “La médecine est l’étude et l’application de la biologie dans une structure de l’humanité qui est à la fois historique, sociale, économique et culturelle.

L’origine mythologique de la médecine :

Dans la mythologie grecque, on dit que le Dieu de la médecine était Apollon, également appelé Alexikako (celui qui prévient les maux). Il était le médecin des dieux de l’Olympe dont il a guéri les blessures à l’aide d’une racine de pivoine.

Apollon a transmis les connaissances de la médecine au centaure Chiron (fils de Saturne), qui était chargé d’éduquer les héros grecs, Jason, Hercule, Achille et bien d’autres, parmi lesquels se trouvait Asclépios, connu plus tard sous le nom latin d’Esculape. En ces temps reculés, en Égypte, 2 700 ans avant J.-C., Imhotep, architecte et médecin de la cour du pharaon Zoser, était considéré comme le premier médecin du monde et était donc déifié par ce peuple.

Asclépios était le fils d’Apollon qui en avait eu assez d’une jeune femme nommée Coronis, celle-ci pour cacher leur grossesse et le déshonneur causé par ce dieu, donna naissance à l’enfant dans une montagne, l’y laissant, où il fut élevé et défendu par une chèvre et soigné par un chien. Depuis son enfance, il a fait des guérisons miraculeuses et c’est pourquoi les paysans locaux le vénéraient, il est arrivé à l’âge adulte pour guérir d’une manière si magistrale que même les “ombres” qui vivaient dans l’Hadès ont été guéries par ce premier médecin. Zeus, furieux d’avoir guéri Asclépios dans l’ombre sans sa permission, décida de le détruire avec un éclair. Depuis lors, Esculape est représenté assis tenant une tige autour de laquelle est enroulé un serpent.

Parmi les fils d’Esculape se trouvaient Hygieia et Panacée, qui auraient assisté aux rites du temple où ils guérissaient les malades et nourrissaient les serpents sacrés. Pour les Grecs, cet animal aidait à guérir les malades, contrairement à la tradition juive et chrétienne qui, sous l’influence du récit biblique, le considérait comme le représentant du diable.

Le culte d’Hygieia en tant que déesse de la santé a été introduit à Rome par un groupe connu sous le nom d’Epidaure (médecins grecs de la ville) qui est arrivé à Rome en 239 avant J.-C et c’est loin de la chirurgie esthétique d’aujourd’hui ! Elle est représentée comme une belle et forte jeune femme, tenant dans ses mains une coupe (symbole de vie) et un serpent enroulé dans son bras gauche qui est dirigé vers la coupe. Le mot “hygiène” est dérivé du nom de cette déesse et fait référence aux soins de santé physique et mentale prodigués par les médecins. La Panacée est considérée comme la déesse grecque de la médecine pour rétablir la santé et symbolise l’idéal d’une médication sûre et efficace. Depuis lors, la santé et la médecine ou la médecine et la santé sont étroitement liées.

L’aube de la médecine :

Au début de la civilisation, 4000 ans avant J.-C., la médecine mésopotamienne était basée sur la magie contre les mauvais esprits dont l’homme devait être protégé par des incantations pour exorciser le diable et le chasser du corps. A cette époque, on considérait que le monde était rempli d’esprits maléfiques qui attaquaient les mortels. Les maladies étaient donc dues à un démon qui avait pénétré dans le corps du patient, et le moyen le plus simple de le guérir était de le faire sortir de force. C’est à cela que servaient les sorts des magiciens et les papyrus en donnent une description très détaillée. Aujourd’hui encore, 6 000 ans plus tard, des groupes religieux, dont les catholiques, pratiquent encore ces sortilèges superstitieux.

À cette époque, la médecine égyptienne était avant tout une magie religieuse et ceux qui soignaient les malades étaient des prêtres parmi lesquels se trouvaient des devins, qui interprétaient les présages et prédisaient l’évolution des maladies. Plus tard, les Égyptiens ont surmonté la magie et sont apparus les prêtres médecins, qui ont commencé à donner des médicaments tels que l’iode pour traiter les goitres, les laxatifs, les émétiques et pour faire des opérations. Les premiers forages du crâne, qui ont montré que certains patients ont survécu, ont été effectués par eux.

Hippocrate :

Les débuts de la médecine scientifique sont centrés sur l’apparition en Grèce d’une figure historique exceptionnelle symbolisant le médecin idéal, Hippocrate. Il a créé une méthode d’apprentissage de la médecine qui consistait à s’appuyer sur l’expérience, à observer attentivement le patient, à l’interroger, à connaître ses habitudes et leur impact sur sa santé, et à l’explorer soigneusement. Il a été le premier à analyser les erreurs comme le meilleur moyen d’apprendre et d’acquérir de l’expérience dans le diagnostic des maladies. Il a montré que certaines maladies sont associées à des conditions climatiques et environnementales, comme les fièvres malariques. Il a également décrit les épidémies de grippe ou d’influenza, le tableau clinique de la latisse (tuberculose), la dysenterie, la septicémie, l’épilepsie et certains cancers tels que le lamama, l’utérus, l’estomac et le foie.

Il a fait valoir qu’il ne peut y avoir rien de plus noble et de plus important que de protéger la santé ou de soigner la maladie de l’être humain, puisque l’être humain est la figure centrale de l’histoire et la fin de celle-ci. La médecine moderne, avec toute sa technologie, nous a montré à quel point Hippocrate avait raison de ses prétentions. À bien des égards, la préservation de la santé était en fait la base de sa médecine, il a soigneusement analysé les problèmes d’hygiène individuelle et environnementale et la manière dont ils influençaient la santé de la population. Grâce à lui, bien que des siècles plus tard seulement, son concept selon lequel le médecin doit non seulement guérir, mais aussi apprendre à prévenir les maladies, a été pleinement accepté. Les études sur le génome humain ont montré qu’il n’y a pas deux personnes identiques, c’est pourquoi chacun de nous réagit différemment à la maladie. Ce sage médecin a insisté sur le fait qu’il n’y a pas de maladies, mais seulement des personnes malades, ce que nous acceptons maintenant comme une réalité. Hippocrate nous a montré qu’il fallait éviter la magie et la spéculation religieuse, et que le raisonnement était la base pour parvenir à la guérison des malades.

L’importance de l’apparition de ce médecin réside dans le fait que la pratique de la médecine magique et même les spéculations de la philosophie ont été arrêtées. C’est pourquoi il a été considéré comme le père de la médecine. Dans le traitement des malades, il croyait en l’importance d’aider la nature pour que l’organisme puisse se rétablir. Dans son livre sur la maladie sacrée connue après lui sous le nom d’épilepsie, il se moque de l’origine divine supposée de cette maladie et de l’idée que les maladies sont causées par des dieux ou des démons, ce que certaines religions soutiennent de nos jours. Il croyait que la cause de l’épilepsie provenait du cerveau, et il ne s’est pas trompé sur son diagnostic il y a 2 400 ans.

Il a dit que “l’homme doit savoir que seul le cerveau est à l’origine de la joie et de la tristesse. Et c’est grâce à elle que nous acquérons la connaissance et la sagesse, que nous voyons, que nous entendons et que nous savons ce qui est bon et mauvais. Par le même organe, nous devenons fous et de là viennent les rêves. Hippocrate n’est pas l’auteur du Serment d’Hippocrate, bien qu’il l’ait inspiré, ni l’auteur de la plupart des 70 livres du “corpus hippocraticum” écrits par les élèves de son école de Cos.

En l’an 300 avant J.-C., à l’école de médecine d’Alexandrie, le fondateur de l’anatomie, le Grec “Hérophile”, est apparu. Ce médecin a été le premier à pratiquer des dissections publiques de cadavres. Il a reconnu le cerveau comme le siège de l’intelligence comme l’avait souligné Hippocrate et, selon les critères d’Aristote, il l’a mis dans le cœur. Il associait les nerfs à la sensibilité et au mouvement et différenciait les artères des veines. Dans la même école et à la même époque, “Erastratus” est devenu le premier anatomiste physiologique. Il a fait remarquer que l’air entrait par les poumons et de là passait au cœur, où il était transformé en un esprit vital “pneuma” et de là il était conduit par les artères à tout le corps y compris le cerveau. Il a raconté que les convolutions cérébrales étaient plus complexes chez l’homme que chez l’animal et a associé cela à une plus grande intelligence humaine. Il a décrit les ventricules, les méninges et le cervelet.

Je ne voudrais pas laisser passer cette occasion sans souligner le fait que, dès 300 avant J.-C., l’historien Tucidides, dans sa description de la peste d’Athènes, a pour la première fois signalé la propagation d’une maladie d’une personne à l’autre et a décrit l’infection comme si contagieuse que même les médecins n’ont pas été épargnés.

A partir de 150 après J.C., la figure du Galien grec de la ville de Pergame émergea, qui suivit l’école d’Hippocrate et ses enseignements prédominèrent pendant des siècles. Il avait apparemment fait quelques dissections de cadavres, connaissait bien les os et les muscles et était le meilleur physiologiste de son temps. Malheureusement, à cause de son mauvais caractère et de son égocentrisme, il n’a pas eu d’élèves et n’a pas trouvé d’école. Plus tard, le développement des connaissances médicales a décliné de 300 à 1300 après J.-C. parce que l’église a éliminé la lecture païenne des textes grecs et que l’enseignement de la médecine ne se faisait que dans les monastères. La médecine monastique ne pensait qu’à guérir le patient avec l’aide de Dieu et donc les connaissances théoriques ont décliné et la connaissance de l’anatomie et de la physiologie a été arrêtée. La dissection des cadavres a été interdite pendant des siècles.

Les Romains ont contribué à la médecine en construisant de grands hôpitaux, d’abord militaires puis municipaux. Ils ont inventé un système d’égouts souterrains pour éliminer les matières fécales et ont distribué de l’eau potable par les aqueducs qui alimentaient Rome en millions de gallons par jour. Ils ont créé le poste de médecin de village pour soigner les pauvres sur les salaires payés par la municipalité. Les riches avaient déjà un médecin de famille à cette époque.

Les Arabes ont commencé à étudier les sources médicales grecques et c’est ainsi que le Persan “Avicenne”, vers l’an 1000, a écrit une encyclopédie des connaissances médicales appelée “Le Canon”, qui a été utilisée pendant des siècles comme manuel. Le célèbre médecin et chirurgien “Albucasis” de la ville de Cordoue a réalisé avec succès la première ablation d’un goitre. Il a créé une série d’instruments chirurgicaux rudimentaires et un manuel de chirurgie qui soulignait l’utilisation du cautère pour traiter les blessures. En 1530, le médecin italien Girolamo Fracastoro a montré que la syphilis (morbos gallicus) était une maladie transmise par contact sexuel. Cela a donné naissance à la première théorie correcte sur la propagation d’une telle maladie.

Au cours de ce même siècle, “Andres Vesalio”, professeur d’anatomie à l’université de Padoue, en Italie, dissèque des cadavres en public entouré d’étudiants en médecine et enseigne à nouveau comment le corps humain se forme. Il a écrit un livre d’anatomie monumental “The Factory of the Human Body”, avec des dessins anatomiques magnifiques et précis. Ce travail est devenu la source de l’enseignement de l’anatomie non seulement pour les étudiants et les médecins mais aussi pour les chirurgiens.

Ambrose Paré”, un chirurgien militaire devenu le meilleur de son temps, est né en France. Par “heureux hasard”, il a éliminé le cautère et les huiles bouillantes, car une bataille l’a empêché d’avoir du cautère et des huiles pour soigner les blessures, il a alors réalisé que les blessures évoluaient mieux sans utiliser ce qui précède et devenaient moins infectées. Il a donc pratiqué la ligature des vaisseaux sanguins avec de la soie, créé des techniques pour les fractures, et conçu des membres artificiels pour les amputés.

En 1775, le Dr. Sir Percival Pott a souligné le lien entre le cancer du scrotum et la présence de poussière de charbon sur les vêtements et la peau dans cette région lors des ramonages de Londres. Il a conclu que la tumeur était causée par la permanence de la poussière de charbon entre les plis du scrotum. Ainsi, pour la première fois, il a été reconnu que rien de moins que l’association provoque l’effet d’un produit chimique pour produire un cancer.

En 1775, des épidémies de variole ont périodiquement touché l’Europe, causant une grande mortalité. Un médecin de campagne, “Edward Jenner”, s’est rendu compte que ceux qui trayaient des vaches dont les pis présentaient des lésions de variole souffriraient de la maladie s’ils avaient des cicatrices pustulaires sur les mains. C’est avec ce constat que Jenner a commencé la recherche médicale clinique. L’inoculolymphe a été extraite d’une blessure de trayeur sur un jeune homme sous sa peau et il a développé une pustule typique de la variole, puis a réinjecté de la lymphe ailleurs et aucune lésion n’est apparue. Le jeune homme était devenu immunisé et Jenner a créé la connaissance de l’immunité et des vaccins.

Dans le domaine de la santé publique et de la médecine préventive, le médecin allemand “Johan Peter Frank” se distingue. En 1779, il publie neuf volumes intitulés : Système complet de police médicale. Il y souligne que les maladies ne sont pas seulement causées par des facteurs physiques, mais qu’il y a une influence néfaste égale ou plus grande de l’environnement social comme la pauvreté, la mauvaise santé et la mauvaise nutrition. Dans le premier volume, il traite de la grossesse, de l’accouchement et des maladies héréditaires. Dans le deuxième volume, il étudie l’hygiène des enfants et les maladies vénériennes. Dans le volume III, le rôle de l’alimentation, de l’habillement et du logement dans la santé. Dans IV et V, il s’agit d’accidents et VI de l’enseignement médical. Plus tard, en Angleterre en 1843, Sir Edwin Chadwick, journaliste et avocat qui n’avait pas de diplôme de médecine, a brillé. Il s’intéressait aux problèmes de santé et considérait que la saleté provoquait des maladies (ce qui semble logique aujourd’hui, mais à son époque, c’était un concept révolutionnaire) et proposait : de ramasser les ordures qui remplissaient les rues et les terrains vagues, d’évacuer les eaux usées par des canalisations qui mènent à des égouts adéquats et de fournir de l’eau potable aux villes et aux maisons. Grâce à Chadwick, l’hygiène britannique a surpassé celle des autres pays et il a créé la première loi sanitaire avec des inspecteurs qui veillaient à la propreté de Londres. Grâce aux mesures précédentes, les infections ont diminué de manière importante.

Lorsque l’épidémie de choléra est apparue en Angleterre en 1848 et a causé la mort de 54 000 personnes, c’est le “Dr John Snow”, le premier spécialiste en anesthésie de ce pays, qui, connaissant les expériences précédentes, a déduit que la cause était l’eau contaminée utilisée pour boire dans certains puits et, ayant localisé ceux-ci, l’épidémie a été éliminée. Ainsi, il a été possible de démontrer qu’une épidémie infectieuse pouvait être contrôlée si la cause en était trouvée, ou du moins comme dans ce cas la source dont elle provenait.

Le meilleur exemple d’une source d’infection créée par les médecins comme une mauvaise pratique de leur profession est le gynécologue “Phillipp Semmelwis”, qui a travaillé en 1840 à Vienne à l’hôpital général. Là, les femmes enceintes qui ont accouché sont mortes à un taux de 10 à 30 % de ce qu’on appelle la “fièvre puerpérale”. Il s’est rendu compte que ces femmes avaient été contaminées par des étudiants en médecine et des médecins alors qu’ils les exploraient sans s’être lavé les mains, même à l’issue des autopsies. Comme ils ne le croyaient pas, lui et les sages-femmes d’une autre salle d’accouchement les ont explorés et ont assisté aux accouchements après s’être lavé les mains. Cela a permis de réduire le taux de mortalité à un pour cent. Cependant, les médecins de l’hôpital ne le croyaient pas, se moquaient de lui et, pendant des années, ne l’ont pas écouté. Désillusionné, Semmelwis prend sa retraite et devient fou. Lorsque le chirurgien anglais Joseph Lister a créé l’asepsie chirurgicale pour réduire les infections en se lavant correctement les mains, d’abord avec des produits chimiques et en stérilisant les instruments avec de l’acide carbolique, puis, par un heureux hasard, en utilisant de l’eau bouillie et du savon (car certains chirurgiens allergiques au phénol le faisaient avec de l’eau bouillie), avec les mêmes résultats, le monde médical a vu comment il avait méprisé les expériences de Semmelwis pendant des années avec de grandes pertes de vies. On observe donc que l’arrogance de ne pas reconnaître la nécessité de corriger les erreurs n’est pas de bon aloi, mais elle a malheureusement été présente tout au long de l’histoire de la médecine. Peu à peu, dans les écoles de médecine, la thèse est revenue que les maladies étaient causées par différentes causes naturelles et non par une punition de Dieu. Ainsi, le déterminisme scientifique en médecine (causalité) est apparu et les origines des maladies et les moyens de les éviter ont commencé à être étudiés plus intensément.

En 1837, le médecin italien Agostino Bassi, a décrit qu’un champignon produisait la maladie du ver à soie, connue sous le nom de “calcinacio ou muscardine” et bien que la maladie soit chez un animal, il a été démontré que dans ces micro-organismes existaient ceux qui les provoquaient et qu’elle devait être égale chez l’homme. Quelques années plus tard, Pasteur le confirme magistralement par des expériences, mais, comme d’habitude, il ne donne pas de crédit à Bassi. Bassi a également publié un article en 1844 dans lequel il affirmait que la rougeole, la peste bubonique, la syphilis et le choléra étaient causés par un parasite animal ou végétal vivant qui passait d’un individu à l’autre en les contaminant. À l’époque, il n’y avait pas de bactéries connues et cette communication n’a donc guère attiré l’attention.

Les germes comme cause de maladie L’étape suivante a été l’apparition en 1870 de la “théorie des germes comme cause de maladie” du chimiste français Louis Pasteur. Il est arrivé à la conclusion que la fermentation qui détériorait les vins et la bière était due à des “germes vivants qu’il appelait ferments et qu’en chauffant le vin, on évitait cela. Cette méthode, appelée plus tard “pasteurisation”, a été appliquée au lait pour éviter la contamination et a sauvé de nombreuses vies chez les jeunes enfants. Ses études l’ont amené à affirmer contre la théorie de la génération spontanée de germes, prévalente jusqu’à cette époque, que ce sont eux qui ont provoqué les différentes maladies et qu’ils sont nés d’autres germes préexistants et ne se voient pas dans des environnements stériles. Il a découvert le staphylocoque des abcès cutanés et a insisté sur le fait que les microbes pullulent dans l’air et contaminent les gens. Cela a été confirmé au même moment par le médecin allemand Robert Koch, qui a déclaré que la tuberculose pulmonaire était causée par une bactérie qu’il a réussi à cultiver dans les poumons de patients atteints de cette maladie. A eux deux, ils ont diagnostiqué le bacille du charbon, une maladie qui touche le bétail. Et en 1882, Pasteur a déclaré que la “rage” était une maladie transmise par la morsure de chiens malades aux personnes et autres animaux, par un organisme si petit qu’il ne pouvait être vu au microscope (et s’est avéré plus tard être un virus filtrant). Les travaux scientifiques de Pasteur, d’une grande valeur scientifique et sociale, ont ensuite établi une méthode générale de préparation des vaccins utilisant des germes dont la virulence a été atténuée expérimentalement.

Malgré le fait qu’à cette époque, il avait été prouvé que les soins de santé et les mesures préventives étaient très importants pour éviter les maladies. Pendant de nombreux siècles, le traitement des maladies a continué à être considéré comme l’objectif fondamental de la médecine. Avec des résultats souvent erronés car les médicaments modernes n’étaient pas disponibles dans de nombreux cas.

Ce qui précède nous permet de constater qu’en termes de concepts, la médecine de cette époque avait régressé à certains égards depuis l’époque d’Hippocrate, car la médecine de son temps, fruit des enseignements de cet homme extraordinaire, n’a jamais été exclusivement curative. Ils savaient alors comment traiter les blessures, réduire les fractures, trépaner le crâne, drainer l’abdomen et le pus de la poitrine et utilisaient des médicaments tels que des extraits d’écorce de saule (acétylsalicylique) pour la fièvre et la douleur, ou de la poudre de corail (carbonate de calcium) comme antiacide et dyspeptique, et des extraits de la plante digitale comme tonique. Ils donnaient également des laxatifs et des émétiques et se faisaient faire des pommades. La préservation de la santé était, en fait, la base de leur médecine et leurs étudiants consacraient la majeure partie de leur temps à analyser les problèmes d’hygiène individuelle et d’environnement qui influençaient la santé de la population. En obéissant à ces indications, la population grecque a vu son espérance de vie passer à plus de 60 ans, bien au-dessus de la moyenne de 40 ans de cette époque dans le reste du monde et malgré les décès dus aux guerres dans lesquelles les Grecs étaient constamment impliqués et qui étaient peut-être la première cause de mortalité.

Bientôt, avec le temps, le concept selon lequel les médecins doivent non seulement guérir mais aussi empêcher les gens de tomber malades a été accepté et les écoles de médecine ont l’obligation de développer de bons programmes d’éducation à la santé en plus d’enseigner comment diagnostiquer et traiter les maladies. C’est pourquoi il est important de mettre le jeune étudiant en contact non seulement avec les hôpitaux et les cabinets médicaux, mais aussi avec la population et son environnement et avec le milieu familial où la maladie se développe souvent. En outre, l’étudiant doit comprendre que les patients doivent être considérés non seulement comme des personnes malades mais aussi comme des êtres humains de manière inséparable. Le code génétique nous a montré qu’il n’y a pas deux personnes identiques, donc chacun de nous réagit différemment à la maladie. La maxime d’Hippocrate selon laquelle “il n’y a pas de maladies, seulement des personnes malades” est à nouveau valable.

Au fil du temps, et grâce aux connaissances acquises, les autorités sanitaires de différents pays ont mis en pratique une série de modèles, également connus sous le nom de paradigmes pour les soins de santé, grâce auxquels nous avons progressivement amélioré les services de prévention et de soins des maladies dans le monde entier. Ces paradigmes sont présentés dans les pages suivantes et s’expliquent d’eux-mêmes. Les paradigmes nous enseignent que la santé ne peut être imposée à une personne ou à une population. Les médecins, les travailleurs de la santé, les infirmières, les institutions de soins de santé et les gouvernements peuvent offrir des services de protection de la santé ou de rétablissement ou de réhabilitation de la santé, mais il appartient à chaque individu de décider, sur la base de l’éducation, s’il accepte les conseils, le soutien, la prévention et le traitement offerts et s’il maintient un état de bonne santé en éliminant les mauvaises habitudes et en évitant les facteurs de risque. Ils nous font également comprendre que la santé dépend de nombreux facteurs et que, pour cette raison, la médecine ne doit être qu’intégrale, en termes de soins aux patients (éducation préventive et rééducative) mais aussi holistique, dans le sens où il faut analyser les facteurs conditionnant la santé déjà mentionnés et donc, peu comme cela se passe dans les pays développés, nous devons intégrer la recherche biomédicale et clinique fondamentale dans ce processus. Ainsi, nous avons cessé de considérer la santé comme un simple phénomène biologique et nous acceptons sa relation intime avec les modes de vie et l’environnement dans lequel les gens vivent.

Maintenant, dans l’enseignement de la médecine, nous devons employer deux types de philosophie/éducation, pour ainsi dire : L’un d’eux, qui vise à traiter les maladies en mettant l’accent sur la connaissance de la pathologie, son diagnostic et son traitement. Et l’autre, qui étudie les causes qui les génèrent pour recommander comment les éviter. En réalité, les deux sont inséparables. C’est pourquoi, d’ici l’an 2000, une place large et adéquate devrait être accordée à l’éducation sanitaire et à la prévention des maladies ainsi qu’au diagnostic précoce des maladies, en tant que stratégies clés, capables de révolutionner la médecine moderne, de la rendre accessible à tous et de donner naissance, si possible, à une médecine plus simple, moins coûteuse et, surtout, plus humaine. Sans pour autant négliger la prise en charge de la maladie qui est également une priorité.

Pour cela, nous devons comprendre que la protection de la santé est quelque chose de complexe et ne consiste pas seulement à avoir de bons médecins, des hôpitaux ou même de bonnes campagnes de prévention. La santé exige une série de conditions qui vont bien au-delà du domaine médical et même de celui de la santé publique.

Nous devons ensuite sensibiliser le public à la responsabilité partagée des individus, des familles, de la communauté et du gouvernement en matière de soins de santé tout au long de la vie. C’est pourquoi nous avons toujours soutenu la thèse selon laquelle ce processus doit commencer à la maison, où les parents doivent être les premiers promoteurs de la santé, pour lesquels ils doivent être sensibilisés et éduqués. Ce n’est que si la population a un niveau de santé acceptable et un revenu économique minimum qu’il sera garanti que tous les individus pourront profiter de manière adéquate des autres avantages produits par le développement économique tels que : le travail, l’éducation, l’alimentation, le logement, l’art, les sports et même l’amour.

Grâce aux mesures prises en matière de santé, nous sommes maintenant et depuis plusieurs années devant un paradoxe. Après avoir amélioré la santé de la population pour différentes raisons et mesures, nous avons atteint une espérance de vie très élevée et le vieillissement de la population. Mais à cause de cela, la sécurité sociale du pays ou les familles, doivent payer un coût élevé dans leurs services médicaux hospitaliers pour les personnes âgées, en raison de leur âge elles souffrent : maladies cardiaques, cancer, diabète, hypertension, troubles psychiques séniles, problèmes oculaires, auditifs, urologiques et pulmonaires entre autres. Aux États-Unis, les six principales causes de décès sont : les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux, le cancer, en particulier le cancer du poumon et du colon, le diabète et ses complications, et les maladies cardiaques obstructives et les accidents.

Les facteurs de risque les plus graves sont : le tabagisme, l’obésité, l’hypertension, l’hypercholestérolémie, l’abus d’alcool, la vitesse et le manque d’exercice. On estime que le tabagisme entraîne la mort prématurée de 400 000 personnes par an dans ce pays.

Il faut ajouter à cela les problèmes qui s’aggravent de jour en jour dans les villages, de la soi-disant pathologie sociale causée par : l’abus d’alcool, de tabac et de drogues, les grossesses non désirées d’enfants, et les avortements secondaires. L’augmentation du nombre de mères célibataires, avec l’apparition de foyers instables et d’enfants maltraités, abandonnés et mal élevés. Conflit au sein du foyer et manque d’éducation et d’exemple des parents. Accidents et violences dans les rues. L’urbanisation et l’industrialisation accélérées ainsi que l’augmentation du nombre de véhicules à moteur, qui entraînent le surpeuplement, la pollution de l’environnement et les accidents, y sont associées.

L’origine de la médecine et ses principales avancées

L’origine de la médecine remonte pratiquement à l’apparition même de l’être humain. Déjà au Néolithique, différentes pathologies ont été détectées telles que l’arthrite ou l’achondroplasie, et il existe des signes évidents que déjà à cette époque, des trépanations étaient pratiquées. Cependant, nous allons commencer à passer en revue les principales avancées de la médecine et l’histoire de la médecine depuis l’ancienne Mésopotamie.


L’origine de la médecine et son développement ultérieur

Il y a environ 6 000 ans, les premières civilisations humaines ont fleuri entre le Tigre et l’Euphrate, en Mésopotamie, il y avait déjà une grande connaissance de la médecine, en fait dans le Code d’Hammurabi il y a déjà une référence très intense à la pratique des médecins et à leurs méthodes de guérison. Fondamentalement, la maladie était considérée comme une punition des Dieux pour une action impure, et leurs méthodes avaient plus à voir avec l’animisme qu’avec la science elle-même.

Les premières méthodes véritablement scientifiques ont commencé à se développer dans la civilisation égyptienne, Hérodote a même écrit que dans l’Égypte ancienne, il y avait un médecin pour chaque maladie. Il est vrai que les Egyptiens avaient encore une vision théologique de la maladie, mais ce sont eux qui ont commencé à chercher des explications scientifiques aux symptômes en établissant l’origine de la médecine.

Les médecines grecque et romaine ont donné un grand coup de fouet à l’humanité. En fait, au cours de ces siècles ont vécu certains des médecins les plus célèbres de l’histoire. Les humeurs d’Hippocrate ou les théories de Galien de Pergame ont servi de base à la médecine occidentale pendant plus de mille ans.

La médecine médiévale a combattu de petits maux avec plus ou moins de chance et a essayé de réduire les chroniques, mais elle n’a pas pu faire grand-chose contre les grandes épidémies qui ont dévasté l’humanité pendant ces années. Comme d’autres aspects de la culture, la médecine a subi un grand revers pendant les presque dix siècles qu’a duré le Moyen Âge. Au cours de ces siècles, ce sont les scientifiques arabes qui ont révolutionné la médecine avec des nouveautés telles que la cure avec l’alcool, et des noms comme Avicenne, qui ont généralisé la médecine. L’expansion musulmane a permis à beaucoup de ces avancées d’atteindre l’Occident.

Le XVIIe siècle et le siècle des Lumières ont apporté de grands progrès et ont commencé à démocratiser la science de la médecine, ainsi que les systèmes de commande, de sorte que les médecins avaient différentes méthodes pour assurer leurs traitements. Les XIXe et XXe siècles ont vu la révolution des outils médicaux, grâce au développement technologique, il a été possible de traiter différentes affections avec une fiabilité absolue et de fournir des traitements appropriés à chaque cas.

Il est difficile de prévoir ce que la science médicale nous réserve, nous essayons de nous adapter à tout ce qui se présente afin de pouvoir suivre l’évolution de la médecine et vous offrir les services médico-technologiques dont vous avez besoin.

On a parfois l’impression qu’il y a plus de médicaments que de maladies, et cela peut être déroutant. Aux États-Unis, certains médicaments peuvent être achetés sans ordonnance, dans les pharmacies, les drugstores ou d’autres points de vente au détail. D’autres médicaments nécessitent une ordonnance du médecin pour être achetés. Certains médicaments ne sont disponibles que dans les hôpitaux.

Que sont les médicaments ?


Les médicaments sont des composés chimiques utilisés pour guérir, arrêter ou prévenir une maladie, pour soulager les symptômes ou pour aider à diagnostiquer certaines maladies. Les progrès des médicaments ont permis aux médecins de guérir de nombreuses maladies et de sauver de nombreuses vies.

medecine-

Aujourd’hui, les médicaments sont obtenus à partir d’une grande variété de sources. De nombreux médicaments ont été développés à partir de substances présentes dans la nature, et aujourd’hui encore, ils sont extraits de plantes.

Certains médicaments sont fabriqués en laboratoire en mélangeant divers produits chimiques. D’autres, comme la pénicilline, sont des sous-produits fabriqués par des organismes tels que les champignons. Et quelques-unes sont obtenues par génie biologique, en introduisant des gènes dans des bactéries, qui sont responsables de la fabrication de la substance désirée.

Lorsque nous pensons à prendre des médicaments, nous pensons généralement à des pilules. Mais les médicaments peuvent être administrés de nombreuses manières différentes, notamment les suivantes :

  • les liquides qui sont avalés
  • des gouttes que vous mettez dans vos oreilles ou vos yeux
  • les crèmes, gels ou pommades qui sont appliqués sur la peau
  • les inhalateurs (comme les vaporisateurs nasaux ou les nébuliseurs pour l’asthme)
  • des patchs qui se collent sur la peau (appelés patchs transdermiques)
  • des pilules qui sont placées sous la langue (appelées sublinguales ; elles sont absorbées par les vaisseaux sanguins et passent dans la circulation sanguine)
  • les injections et les médicaments par voie intraveineuse (les médicaments par voie intraveineuse sont insérés dans une veine).

La FDA n’autorise l’utilisation de nouveaux médicaments que s’ils sont suffisamment efficaces et sûrs. Lorsque les avantages de l’utilisation d’un médicament l’emportent sur ses risques, la FDA approuve généralement sa commercialisation. La FDA peut retirer un médicament du marché à tout moment s’il s’avère qu’il provoque des effets secondaires nocifs.

Les différents types de médicaments


Les médicaments agissent de différentes manières. Certaines peuvent guérir des maladies en tuant ou en arrêtant la propagation des germes envahisseurs, tels que les bactéries et les virus. D’autres sont utilisés pour traiter le cancer en tuant les cellules lorsqu’elles se divisent ou en les empêchant de se multiplier davantage. Certains médicaments fournissent simplement des substances manquantes ou corrigent des niveaux excessivement bas de substances chimiques naturelles du corps, comme les hormones ou les vitamines. Et certains médicaments peuvent même affecter les parties du système nerveux qui contrôlent les processus corporels.

Presque tout le monde a pris des antibiotiques à un moment ou à un autre. Les antibiotiques sont un type de médicament qui combat les infections bactériennes. Votre médecin peut vous prescrire des antibiotiques pour des affections telles que l’angine streptococcique ou les infections de l’oreille. Les antibiotiques agissent en tuant les bactéries ou en les empêchant de se multiplier afin que votre système immunitaire puisse combattre l’infection.

Parfois, une partie de votre corps ne peut pas produire assez d’un produit chimique. Et ça peut vous rendre malade. Par exemple, une personne atteinte de diabète insulinodépendant a un pancréas qui ne peut pas produire suffisamment d’insuline (une hormone qui régule la glycémie). Certaines personnes produisent également trop peu d’hormones thyroïdiennes, qui aident le corps à utiliser l’énergie. Dans les deux cas, les médecins peuvent prescrire des médicaments pour pallier ces déficiences hormonales.

Certains médicaments traitent les symptômes, mais ils ne peuvent pas guérir la maladie qui les provoque (un symptôme est ce que vous ressentez lorsque vous êtes malade, comme la toux ou les nausées). Les pastilles pour la gorge peuvent donc soulager votre mal de gorge, mais elles ne tueront pas le méchant streptocoque qui l’a envahi.

Certains médicaments soulagent la douleur. Si vous vous faites un claquage, votre médecin peut vous demander de prendre de l’ibuprofène ou de l’acétaminophène. Ces médicaments antidouleur, appelés analgésiques, n’élimineront pas la source de la douleur, et votre muscle sera toujours tendu. Ils bloquent les voies nerveuses qui transportent les signaux de douleur de la partie du corps blessée ou irritée vers le cerveau (en d’autres termes, ils affectent la façon dont le cerveau lit les signaux de douleur) afin que vous n’ayez plus aussi mal pendant que votre corps se rétablit.

En vieillissant, les gens développent parfois des maladies chroniques ou de longue durée. Les médicaments peuvent aider à contrôler certaines de ces affections, comme l’hypertension artérielle (haute pression) ou l’hypercholestérolémie. Ces médicaments ne peuvent pas guérir la cause sous-jacente du problème, mais ils peuvent aider à prévenir certains de ses effets nocifs sur l’organisme au fil du temps.

Les vaccins comptent parmi les médicaments les plus importants. Les vaccins empêchent les gens de tomber malades en les immunisant, c’est-à-dire en protégeant leur organisme contre certaines maladies infectieuses. Les vaccins contiennent généralement une petite quantité d’un agent semblable à un germe ou des germes spécifiques qui ont été modifiés ou tués au préalable. Lorsqu’une personne est vaccinée, le système immunitaire est préparé à “se souvenir” du germe afin de pouvoir combattre ce type d’infection à l’avenir.

La plupart des vaccins qui préviennent des maladies comme la rougeole, la coqueluche et la varicelle sont administrés par injection. Personne n’aime se faire tirer dessus. Mais les maladies qu’ils préviennent peuvent être très graves et provoquer des symptômes qui durent bien plus longtemps que l’inconfort ponctuel d’une injection. Pour vous faciliter la vie, vous pouvez désormais vous faire vacciner en pharmacie.

Bien que certains médicaments nécessitent une ordonnance, d’autres peuvent être achetés en vente libre dans les pharmacies ou autres établissements commerciaux. Vous pouvez acheter des médicaments contre la douleur, la fièvre, la toux et les allergies sans ordonnance. Mais ce n’est pas parce qu’un médicament est en vente libre qu’il n’a pas d’effets secondaires. Les médicaments en vente libre doivent être pris avec les mêmes précautions que les médicaments sur ordonnance.

Prise de médicaments


Quel que soit le type de médicament qui vous est prescrit, il est toujours important d’être prudent et de suivre quelques règles de base :

Si vous vous sentez moins bien après avoir pris un médicament, prévenez immédiatement votre médecin.
Vérifiez que vous avez le bon médicament. Si vous achetez le même médicament plusieurs fois, vérifiez qu’il s’agit bien du même médicament à chaque fois en regardant son nom, sa forme, sa couleur et sa taille. En cas de doute, n’hésitez pas à demander au pharmacien.

Prenez le médicament exactement comme prescrit. Si les instructions vous disent de prendre un comprimé quatre fois par jour, ne prenez pas deux comprimés deux fois par jour. Ce n’est pas la même chose.
Demandez si le médicament a tendance à affecter les tâches quotidiennes, comme la conduite automobile ou la concentration à l’école.


Ne prenez pas plus de médicament que ce qui est prescrit. Cela ne vous rendra pas meilleur ou ne vous fera pas progresser plus vite. En fait, une surdose de nombreux médicaments peut vous rendre très malade.
Suivez toujours les instructions de votre médecin ou de votre pharmacien. Par exemple, il peut vous dire de prendre le médicament avec de la nourriture pour réduire les maux d’estomac ou de le prendre à jeun pour que la nourriture n’interfère pas avec l’absorption du médicament par votre corps.


Ne partagez jamais un médicament qui vous a été prescrit avec quelqu’un d’autre, même si vous pensez que l’autre personne a le même problème que vous. Les médicaments d’aujourd’hui sont très complexes et les dosages doivent être adaptés aux besoins spécifiques de chaque personne. Prendre des doses inférieures ou supérieures à celles nécessaires peut être dangereux. De même, l’organisme d’une autre personne peut réagir différemment à un médicament qui vous a été prescrit (par exemple, si la personne est allergique à l’un des composants du médicament).


Si vous prenez déjà des médicaments, mais que vous voulez prendre un autre médicament en vente libre, demandez d’abord à votre pharmacien. Il peut y avoir des interactions médicamenteuses.
Informez toujours votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez un autre médicament à base de plantes ou un supplément pour savoir s’il peut y avoir des interactions médicamenteuses.


Veillez à informer votre médecin si vous êtes ou pourriez être enceinte. Certains médicaments peuvent être dangereux pour le bébé. De plus, informez votre médecin ou votre pharmacien si vous allaitez votre bébé, car certains médicaments peuvent causer des problèmes lors de l’allaitement.


N’oubliez pas que la consommation d’alcool peut aggraver les effets secondaires de nombreux médicaments.
Même si vous tombez à nouveau malade à cause de quelque chose qui vous semble identique à ce qui vous est arrivé la dernière fois, ne décidez pas par vous-même de ce qui ne va pas et ne prenez pas les restes d’un ancien médicament. Si vous prenez ce médicament pour une autre maladie, il ne fonctionnera probablement pas, et il pourrait être dangereux pour votre santé. Parlez-en d’abord à votre médecin.


Lorsqu’on vous prescrit des antibiotiques, prenez-les pendant toute la durée du traitement, même si vous commencez à vous sentir mieux, afin de tuer tous les germes et d’éviter que l’infection ne se reproduise.
Si possible, conservez le médicament dans son emballage d’origine.


N’utilisez pas de médicaments périmés, en particulier les médicaments sur ordonnance.
Les médicaments ne doivent pas être stockés dans la salle de bain car la chaleur et l’humidité peuvent affecter leur efficacité. La plupart des médicaments doivent être conservés dans un endroit sec, à température ambiante et à l’abri de la lumière du soleil. Certains médicaments doivent être conservés au réfrigérateur. Si vous n’êtes pas sûr, demandez à votre médecin ou à votre pharmacien.
Veillez à conserver tous vos médicaments dans un endroit sûr, hors de portée des jeunes frères et sœurs et des animaux domestiques.


Si vous avez des allergies, veillez à en informer votre médecin ou votre pharmacien avant de commencer à prendre un nouveau médicament.
Si tu as une éruption cutanée, des démangeaisons ou des difficultés à respirer après avoir commencé à prendre un nouveau médicament, dis-le immédiatement à tes parents. Des difficultés à respirer, l’apparition de cloques sur votre corps ou un gonflement soudain de votre langue, de vos lèvres, de votre visage ou d’autres parties de votre corps peuvent être les signes d’une réaction allergique grave – appelez immédiatement une aide médicale d’urgence.


Parfois, le fait de devoir prendre des médicaments peut être une source de tracas. Mais les médicaments sont les traitements les plus efficaces pour de nombreuses maladies. Si vous avez des questions sur le fonctionnement d’un médicament ou sur la façon de le prendre, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

L’objectif de cette série d’articles est de mettre en évidence l’histoire des soins infirmiers dans l’établissement, l’atteinte et le développement de la science infirmière de l’esthétique médicale.

La médecine esthétique trouve son origine dans la pratique de la chirurgie esthétique, qui est enracinée dans la chirurgie plastique et en constitue un élément. Bien que la chirurgie esthétique remonte à 2 500 ans, les chirurgiens plasticiens sont apparus aux États-Unis à la suite de la guerre civile, à la fin du XIXe siècle, et en Europe à la suite des guerres mondiales.

La chirurgie plastique britannique s’est développée pendant la Première Guerre mondiale en raison de la nature brutale de la guerre des tranchées qui a provoqué des mutilations à une échelle sans précédent. Les chirurgiens pratiquaient des procédures de reconstruction et de greffe chirurgicale parallèlement à la chirurgie générale, mais aucun ne s’est spécialisé dans le domaine spécifique de la chirurgie plastique jusqu’à ce que, servant dans le corps médical de l’armée royale en France, reconnaisse la valeur d’une approche multidisciplinaire dédiée à la chirurgie reconstructive. C’est ainsi que le premier centre consacré à la réparation du visage a été créé à l’hôpital Queen Mary, dans le Kent. Largement considéré comme le “père de la chirurgie plastique”, Gilles a travaillé avec une équipe de chirurgiens, d’infirmières et de spécialistes à partir de 1915 et a été le pionnier de nombreuses techniques de chirurgie plastique.

Dans les années 1930, quatre chirurgiens plasticiens exerçaient en Angleterre. Ils ont travaillé en étroite collaboration avec les infirmières pour établir les partenariats professionnels et la collégialité que nous connaissons encore aujourd’hui. Bien que les chirurgiens s’occupaient déjà d’un nombre limité de problèmes esthétiques, les blessures généralisées causées par les bombardements, avec la possibilité de survivre à ces blessures, ont accéléré le développement des aspects esthétiques infirmiers de la spécialité. La contribution globale que les infirmières ont apportée aux premiers travaux en chirurgie plastique s’est développée pour devenir un modèle d’infirmière globale, prenant en charge les besoins de la personne dans leur ensemble, un élément crucial pour la réussite du traitement.

Dans une large mesure, ce qui a également influencé une grande partie du développement de la chirurgie esthétique et des soins infirmiers, ce sont les diverses attitudes associées à la façon dont les Américains et les Européens contemporains réagissaient différemment aux blessures. Ce qui, en Europe, était considéré comme une marque des héros, était en Amérique considéré comme une marque de rejet social.

La médecine esthétique remonte à la fin des années 1800, peu après l’invention de la seringue, lorsque les premiers agents chimiques ont été utilisés pour l’augmentation du visage. Le premier agent de remplissage injectable était la paraffine. Accueillie avec enthousiasme au départ, elle était injectée par les médecins pour ce que l’on appelait “l’effet cosmétique”, pour combler les rides et les seins dans le but de permettre à leurs patients de conserver une apparence jeune ou de reconstruire des déformations faciales. Cette mode était très prisée et de nombreux médecins peu scrupuleux ont injecté de la paraffine sans contrôle, à fortes doses et de manière répétée. Elle fut rapidement abandonnée après la description des complications de migration, d’embolisation et de formation de granulomes.

En 1927, un chirurgien plastique, a publié ce qui semble être le premier article sur le peeling esthétique au phénol et a considéré cette procédure comme faisant partie de la chirurgie plastique. En 1946, Joseph C. Urkov, un chirurgien plasticien, a publié un article dans lequel il partageait ses 15 années d’expérience dans le traitement de 2 000 patients souffrant de piqûres, de cicatrices et de rides. Cependant, la plupart des mérites du peeling chimique ont été attribués au rôle des opérateurs non professionnels, qui ont utilisé les anciennes formules traditionnelles de peeling à base d’huile de croton et de phénol jusqu’à la fin des années 1940 et au début des années 1950.

À partir des années 1920, les opérateurs non professionnels qui utilisaient des formules à base d’huile de croton et de phénol étaient réputés et gagnaient leur vie de manière lucrative, en traitant un grand nombre, voire la plupart, des grandes stars hollywoodiennes de l’époque. Ils jouaient souvent sur la notion qu’ils avaient un “secret spécial” que les médecins n’avaient pas. Ils étaient également bien connus des médecins, qui, disait-on, amenaient leurs propres visages et leurs épouses chez les peelers afin de profiter de leur expertise. Les personnalités les plus en vue dans les années 1920, quelques-uns des éplucheurs non professionnels qui ont dominé le secteur jusqu’aux années 1960, lorsqu’ils ont commencé à faire l’objet d’attaques en justice dans le cadre de ce que l’on appelle communément une “chasse aux sorcières” (dont il a été prouvé qu’elle avait souvent été lancée directement par des médecins éplucheurs nouvellement formés). L’utilisation du phénol et de l’huile de croton devint alors illégale, sauf lorsqu’elle était utilisée par un médecin traitant un patient. C’est le facteur décisif qui a mis fin aux activités des éplucheurs non professionnels et transformé leurs clients en patients.

Malgré les inquiétudes des médecins, il y a néanmoins eu une interaction et des échanges professionnels considérables entre les peelers non professionnels et de nombreux chirurgiens plasticiens. En conséquence, certains chirurgiens plasticiens sont entrés en possession des techniques et certains ont également acquis des connaissances sur les ingrédients et les formules. En 1952. Bien qu’il existe des témoignages de peelers non professionnels notables, à cette époque, comme ils utilisaient illégalement le phénol, et que les peelers non professionnels étaient tombés dans le discrédit, ils avaient fait leur temps. Dans les années 60, deux chirurgiens plasticiens américains, ont relancé et finalement légitimé le peeling au phénol en en parlant lors de réunions nationales de chirurgie plastique et en démontrant leurs résultats.

Au printemps 1975, un groupe d’infirmières qui travaillaient pour des chirurgiens plasticiens et qui devaient suivre une formation continue pour renouveler leur licence assistaient régulièrement à des réunions éducatives avec les chirurgiens plasticiens. Lors de l’une de ces conférences, plusieurs infirmières en chirurgie plastique de la région se sont réunies et ont tenu la première réunion d’organisation.

Le premier produit injectable de comblement des rides, on a été mis au point en 1979 par une équipe de l’université américain, pour la Collagen Corporation. Les chercheurs ont extrait des fibres de collagène bovin d’une peau de vache et une digestion enzymatique a été utilisée pour décomposer les unités de fibres. En 1981, le collagène bovin était le premier agent de remplissage dermique à être approuvé pour les injections cosmétiques. Bien que l’utilisation du peeling chimique ait déjà été établie dans le cadre de la pratique de la chirurgie plastique et des soins infirmiers en dermatologie, au milieu des années 80, les protocoles infirmiers pour les injections de collagène ont également été développés et proposés par un groupe restreint de chirurgiens plastiques et d’infirmières. L’esthétique médicale s’enracinait à ce moment-là, en tant qu’élément infirmier d’une entité spécialisée non chirurgicale. À cette époque, les infirmières travaillaient soit ensemble dans des cabinets spécialisés en chirurgie plastique esthétique, soit dans des cabinets d’esthétique médicale indépendants dirigés par des infirmières et appartenant à des infirmières.